Get Adobe Flash player

Coltan1

Le coltan

AT MACHINES OUTILS III

 

cassiterite-1

La cassitérite

Creseurs coltan

 

pepiteOr

L'or

Société Aurifère du Kivu et du Maniema

Aujourd'hui : 23 octobre 2017

Qui est en ligne ?

Nous avons 11 invités et aucun membre en ligne

Les produits de la SAKIMA

 

Le coltan

1. GENERALITES SUR LE COLTAN

La colombo-tantalite, « coltan » est un minerai de Colombium et de Tantale se présentant sous forme de (Fe,Mn) (Nb,Ta)2 Os qui contient l'oxyde de niobium appelé columbite et l'oxyde de tantale appelé tantalite. La columbite et la tantalite sont des minéraux relativement communs de pegmatites. Ils sont souvent, comme la wolframite, accompagnateurs de la cassitérite.

Bien qu'il soit revenu au prix d'avant la grande surchauffe, soit 60$/kg après avoir atteint le pic de 119 $US/kg en 2001, le coltan continue, selon Patrick MARTINEAU, d'alimenter attentes et questionnement non seulement, en raison de son rôle prédominant dans les luttes régionales, mais aussi pour les bénéfices qu'il procure à certains intérêts privés et pour son statut de matériau « critique » et « stratégique » pour certains pays occidentaux.

Il est aussi très important pour la République Démocratique du Congo, à cause des revenus qu'il procure à des nombreux opérateurs miniers intervenant dans son exploitation. Ces revenus, bien répartis, pourraient avoir un impact positif dans la lutte contre la pauvreté.

 Il en résulte donc la nécessité d'analyser la chaîne de production, le circuit de la commercialisation du coltan et la distribution des profits.

2. STATUT DU COLTAN EN TANT QUE MATERIAU STRATEGIQUE.

La valeur marchande du coltan est fonction de sa teneur en tantalite.

A ce jour, le coltan extrait en République Démocratique du Congo provient de l'exploitation artisanale, et est vendu pratiquement à l'état brut. Les opérations d'extraction métallurgique et de transformation du tantale sont réalisées à l'extérieur du pays.

Le tantale est stratégique à cause de ses usages qu'on peut résumer comme suit :

1.
sous forme de poudre métallique, le tantale sert à la production des capaciteurs ou condensateurs utilisés dans les téléphones portables ;  
2.
en forme de fils métalliques, le tantale sert à relier les circuits. Les deux formes, poudre et fils, couvrent plus de 50 % des usages actuels ;  
3.
le métal   entre dans la fabrication des différents réacteurs utilisés dans l'industrie chimique ;  
4.
le tantale entre également dans les superalliages utilisés pour la fabrication des moteurs d'avions, des fusées et des missiles ;  
5.
le tantale se lie au carbone pour former le carbure qui sert à la fabrication des outils de coupe. Dans ce même usage, il peut être en combinaison avec les carbures de tungstène et de cobalt.  

  La répartition des usages du tantale pour l'année 2000 est donnée dans le tableau n° 1 :

Tableau 1 :

Applications Pourcentage
 Condensateurs 68 %
 Autres usages électroniques et optiques 11 %
 Superalliaqes 8 %
 Carbures 5 %
 Industrie chimique 2 %
 Métallisation (sputtering) 2 %
 Equipements militaires 1 %
 Autres usages 3 %
 Source : Patrick Martineau (2003) : GRAMA : la route Commerciale du Coltan congolais : une enquête.

  Comme le montre le tableau n° 1, le tantale est principalement utilisé dans la fabrication des composants électroniques, essentiellement les condensateurs. Selon certaines sources, l'usage en électronique monopoliserait 50 à 80 % du marché du tantale.

Le secteur de la communication sans fil consomme 18 à 35 % de condensateurs en tantale.

 Source : Etudes réalisée par la Cellule Technique de Coordination et de Planification Minière (CTCPM, Mai 2005)



La cassitérite

Introduction

  • La cassitérite, avec près de 78,8% d’étain à l’état pur, est le principal minerai qui livre l’étain en République Démocratique du Congo.
  • Les alliages d’étain avec Zn, Al, Si, Sb, etc. servent essentiellement dans les réacteurs. Toutefois, l’essentiel de la production d’étain est utilisé pour la fabrication des boites de conserves, de boissons sucrées, les casseroles, etc. On le retrouve aussi dans pas mal d’outils et instruments courants tapissant la vie moderne : appareils électroménagers, Automobiles, machines diverses, les dentifrices, etc.
  • Il s’associe dans la nature avec des métaux tels que tantale (obtenu à partir du Coltan), tungstène (tiré de Wolframite), terres rares (issues de Monazite), lithium (livré par le Spodumène), … qui sont qualifiés de métaux accompagnateurs

Exploration et Réserves

  • Au Congo, les gisements d’étain connus résultent en grande partie des campagnes de recherche initiées par des organismes coloniaux. D’importants gisements furent ainsi découverts bien sûr, dans les provinces du Maniema, Sud-Kivu, Nord-Kivu mais aussi dans le Katanga (Mitwaba et surtout Manono).
  • Le rapport des nouvelles campagnes est fragmentaire. Cependant, une campagne de recherche menée en 1981 dans quelques localités de l’Est de la RDC a donné les statistiques de réserves suivantes :

PE

Localité

Territoire

Province

Réserves (kt)

2595

Batamba

 

Pangi

Maniema

21,854

2592

Messaraba

15,368

87

Saulia

 

Punia

14,997

19

Kakota

23,68

78

Bakwame

16,629

88

Bilu

Shabunda

Sud-Kivu

24,168

Total

116,696

 Source : Service topographique et de recherche (SOMINKI, 1981)

  • Actuellement, l’essentiel des gîtes stannifères des provinces dites de l’Est sont couverts par des PE appartenant à Sakima SARL qui, par conséquent, trône sur 3508,67 kt (Statistiques du Service Géologique, 1997) en réserves des minerais d’étain et associés dont 16,3% en réserves certaines, 33,7% en réserves possibles et 50% en réserves probables.
  • En termes géographiques, 47,5% des réserves sont contenues dans les concessions du Maniema ; 31%, dans les concessions du Sud-Kivu et enfin, 21,5%, dans le Nord Kivu.
  • Voici donc le tableau qui reprend ces données sur les carrés miniers et la réserve :

Province

Secteur

Nombre de PE

Réserves ( kt)

Certaine

Probable

Possible

Total

Maniema

Kalima-Moga

8

119,00

241,60

360,60

721,19

Punia-Lubutu

6

62,47

139,91

202,38

404,76

Ona

6

89,19

181,08

270,27

540,54

Sud Kivu

Lulingu

8

92,92

190,52

283,43

566,87

Kigulube

6

71,91

147,87

219,78

439,55

Ngungu

1

13,57

27,55

41,12

82,23

Nord Kivu

Walikale

8

102,93

210,85

313,78

627,56

Bishasha

1

20,79

42,20

62,99

125,97

  Source : Service géologique SOMINKI (1997)

Voici la Carte la répartition des concessions stanno-aurifères dans les provinces de l’Est:

Carte ancien Kivu

Les statistiques de réserves du Katanga sont assez fragmentaires, cependant, les publications coloniales chiffraient ces réserves à 10% des réserves totales pendant que celles du Kivu s’élevaient à près de 90%.

Production et Gisements

  • Les gîtes stannifères du Congo peuvent être morphologiquement repartis en :

-gisement détritique plus ou moins friables : alluvionnaire et éluvionnaire.

-gisement primaire : dur, plus ou moins inhumé et pourvu de bonnes pépites des minerais.

Les gisements détritiques ont été le plus exploités en raison entre autres de leur position superficielle et de leur faible dureté. C’est pour cela que ce sont des méthodes manuelles et semi-mécaniques qui étaient très répandues dans les mines d’étain et accompagnateurs en RDC.

  • Les statistiques de production montrent dans toutes les mines de la RDC exhibent une évolution similaire à celle observée dans les mines Sakima (Figure ci-dessous) :
  • production

L’évolution de la production montre donc quatre étapes essentielles : 

1°) Chute de production

Elle s’étend de1975 à 1980 et est caractérisé par le déclin de la production dû à l’extinction des gîtes détritiques (connues) à fortes teneurs, la dégradation de l’environnement minier, l’encadrement minier très médiocre, etc. 

2°) Stabilisation (1981 – 1983)

Des recherches furent initiées souvent avec succès pour explorer les possibilités de valorisation des gîtes primaires et des rejets d’exploitation et mettre en évidence des extensions des dépôts connus.

3°) Relance de la production (1984 à 1985)

Elle constitue l’aboutissement heureux du programme de développement initié à l’étape précédente.

4°) Production de survie

Les circonstances subséquentes au crash ont fait que les sociétés minières ont adopté des mesures spontanées destinées à assurer tant soit peu leur survie.

  • Les statistiques de production artisanale montrent pour deux localités du Maniema (Kalima et Punia) montrent une évolution suivante entre 2008 et 2011 :

statistique

  • Il ressort de cette évolution que 2 étapes peuvent être distinguées :

- Stabilisation de la production : 2008 – 2009

- Chute brusque de la production (2009 – 2010) : elle a été essentiellement causée par la décision du Chef de l’Etat de suspendre la commercialisation des productions artisanales.

- Reprise de la production (2010 -2011) : elle est consécutive à la levée de la mesure du Chef de l’Etat

  • Avant les années 2009, les statistiques de production artisanale se situaient dans ces deux localités autour de 3,7 kt des minerais par an ; ce qui totalise près de 74% de la production industrielle (annuelle) au cours des années fastes.
  • Cette évolution a été confirmée par les chiffres de production (20 kt par an au Kivu) présentés lors des cinquièmes journées minières (2007) organisées par le ministère de mine.

Perspectives

Les décennies d’exploitation n’ont entamé sérieusement que les unités détritiques les plus riches (teneur au dessus de 1 kg/m3) ; les gisements primaires connus étant demeurés quasi-intacts.

  • Il y’a donc besoins urgents de réactualiser et certifier les réserves connues pour espérer à coup sûr relancer les activités minières et favoriser concomitamment l’essor du pays.
  • Pour finir, les procédés d’exploitation et d’épuration doivent être adapté à la technologie moderne pour permettre au pays de passer de l’exportation de matière première brute à l’exportation de matière première finie.



Le wolframite

En cours de rédaction...

 

AT ELECTRIQUE 1 AT MACHINE OUTILS II cassiterite 3 AT MACHINES OUTILS III AT MACHINES OUTILS V

Entreprise du portefeuille de l’Etat
Siège d'Exploitation
à Kalima/Maniema

RCCM : CD/KIN/RCCM/14-B-5785      ID. NAT. K30899W
Import-Export : A/001-13/I 004138 E/X
Tél. : +243 99 34 62 002 / +243 89 78 65 109
E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. / Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Siège Social
316, Avenue Lt Colonel Lukusa
Kinshasa/Gombe